Suivez nous sur
Publicité
Publicité

interviews

Paulo Tavares : « J'ai eu des centaines de patients consommant du cannabis et aucun d'entre eux n'est devenu dépendant »

Publié

em

Paulo Freitas Tavares lors de sa présentation au PTMC - Portugal Medical Cannabis | Photo: Renato Velasco

Depuis une trentaine d'années, Paulo Freitas Tavares, oncologue, conseille ses patients sur l'usage du cannabis et assure qu'aucun d'entre eux n'a eu de problèmes de dépendance dus à sa consommation. Mais, à 30 ans, outre le côté médicinal, Paulo connaît aussi le côté plus "récréatif" du cannabis et assume, sans aucun préjugé, fumer lors d'occasions festives. Dans une interview avec Cannadouro Magazine, Paulo Tavares a sorti le cannabis du placard et a expliqué comment il fait l'analogie entre la plante et le champagne : "Le champagne se boit lors d'occasions spéciales, lors de fêtes ou de célébrations, et ces dernières années, j'ai fait un point de fumer du cannabis le soir du Nouvel An, parce que j'aime commencer l'année en riant.

Diplômé en médecine de l'Université de Coimbra en 1985, Paulo Freitas Tavares s'est spécialisé en hématologie clinique en 1993 et ​​en oncologie médicale en 1997. Il est actuellement responsable de l'unité des tumeurs locomotrices du service d'orthopédie du centre hospitalier de l'Université de Coimbra ( CHUC), nommé « Centre de référence en oncologie adulte — Sarcomes des os et des tissus mous ».

L'observation de patients qui se sont améliorés en utilisant du cannabis lui a donné une expérience dans le traitement des patients cancéreux avec des cannabinoïdes, qu'il a commencé à recommander systématiquement. Il avoue volontiers être un consommateur occasionnel de cannabis et minimise les préjugés liés à sa consommation, assurant que le tabac ou l'alcool ont des effets bien plus nocifs. Certes "accro à la nicotine et à la caféine", Paulo Freitas Tavares n'épargne pas les critiques de certains confrères, les forces de l'ordre et Infarmed, qu'il accuse respectivement de préjugés, d'hypocrisie et de secret, faisant que le cannabis ne parvienne plus jamais aux patients et aux patients des hôpitaux.

Quand avez-vous réalisé pour la première fois que le cannabis pouvait avoir un effet médicinal ?
Eh bien, j'ai appris cela de certains patients, qui étaient déjà consommateurs, et j'ai remarqué que, pendant que ces patients subissaient une chimiothérapie, ils n'avaient pas les effets secondaires que tout le monde avait, à savoir des nausées, des vomissements et un manque d'appétit. Il s'agissait de patients qui ont subi leur chimiothérapie sans problème, [ppp_patron_only level=”3″ silent=”no”]

ils ont continué à très bien manger et j'ai commencé à associer les deux choses. Comme j'ai vu qu'ils n'avaient plus d'effets secondaires de la chimiothérapie, j'ai commencé à conseiller aux autres patients d'en consommer, car, en termes de contre-indications, il n'y en avait pas, et il n'y avait pas non plus d'interactions inquiétantes entre le cannabis et la chimiothérapie. Il y avait, en effet, une amélioration de la qualité de vie des patients et ces connaissances se consolidaient, l'expérience se multipliait, toujours avec des résultats positifs.

Paulo Tavares dans une consultation ouverte aux patients, pendant PTMC – Portugal Medical Cannabis. | Photo: Renato Velasco

C'était il y a combien de temps?
Il y a environ 30 ans, ici dans les hôpitaux de l'Université de Coimbra. Cela nous a permis d'avoir une grande expérience dans le traitement de ces patients et nous avons commencé à recommander systématiquement le cannabis. Les patients ont demandé « Et où puis-je obtenir cela ? Où est-il vendu ? et nous avons dû dire "malheureusement, ça doit être au marché noir". Et ce système continue à ce jour, car nous n'avons toujours pas de substance pour remplacer le cannabis du marché noir aux fins que nous visons.

Avez-vous déjà une idée de ce qui fonctionne le mieux pour les sarcomes, par exemple ?
Pas. La seule idée que nous ayons est l'effet anti-émétique et stimulant de l'appétit qui, pour nous, est précieux et nous permet de sauver la vie des patients. L'enquête ultérieure, qui n'a pas encore commencé, dépend de la disponibilité du cannabis dans les hôpitaux et il est dommage qu'il n'existe pas déjà.

Mais aussi pour aider à soulager la douleur du cancer, n'est-ce pas ?
Maintenant, le cannabis potentialise les effets des opioïdes, nous le savons, mais l'effet secondaire majeur des opioïdes est aussi la nausée. En d'autres termes, nous avons des patients dont la douleur est contrôlée avec de la morphine ou des dérivés de la morphine, mais qui doivent choisir chaque jour, au petit-déjeuner, s'ils vont avoir une journée de nausées ou s'ils vont avoir une journée de douleur. En effet, pour avoir une journée sans douleur, ils passent la journée à se sentir malades avec de la morphine, et pour ne pas être malades, ils passeront une journée à souffrir. S'ils consomment du cannabis, ils peuvent consommer la morphine nécessaire pour soulager la douleur et ils peuvent éviter les nausées induites par la morphine, ce qui est le meilleur des deux mondes. Et aussi réduire les doses de morphine, bien sûr.

Pour le moment, dans les pharmacies portugaises, nous n'avons que des fleurs disponibles avec 18 % de THC.
Oui, et qui n'ont pas de CBD. Je pense que c'est un danger, car en plus de ne pas avoir de CBD, ils n'ont pas beaucoup d'autres cannabinoïdes qui sont importants et nous savons que les cannabinoïdes n'agissent pas comme de simples substances, ils agissent ensemble, potentialisant les effets les uns des autres et antagonisant les uns des autres effets des autres - le soi-disant effet entourage. À l'heure actuelle, si nous savons peu de choses sur le cannabis naturel, dans une plante où nous éliminons artificiellement des cannabinoïdes importants, alors nous ne savons rien et, ne sachant rien, il est dangereux de donner cela aux patients. Je ne prévois pas de le prescrire à qui que ce soit. 

Porquê?
Parce que je pense que c'est dangereux. Mon expérience est avec le cannabis naturel, qui aura un pourcentage équilibré de CBD et de THC. Une plante synthétique, génétiquement modifiée, je n'ai aucune expérience et je ne m'y risquerai pas, ça n'a aucun sens.

Mais les patients, lorsqu'ils achètent sur le marché illicite, ne savent en principe pas non plus combien de CBD et de THC ils ont…
Maintenant, puisque le cannabis est une substance extrêmement sûre, ce que font les patients lorsqu'ils achètent un nouveau lot de cannabis, que ce soit des fleurs séchées ou du haschich, ils essaient d'obtenir la « dose de rire ». Ils continuent à en prendre jusqu'à ce qu'ils se mettent à rire comme des fous et qu'ils découvrent que la dose qu'ils doivent prendre quotidiennement est inférieure à cela. Par conséquent, ils calibrent des choses comme celle-ci et ils savent déjà par expérience qu'avec certains cannabis, cette "dose de rire" est plus faible, avec d'autres, elle est plus élevée, et ils s'habituent à doser ce qu'ils consomment quotidiennement.

Est-ce un peu "à l'oeil" ?
C'est un peu "à l'oeil" et par expérience, car non seulement c'est le meilleur moyen, mais c'est aussi très sûr, il n'y a pas de problème d'excès. Au fait, un patient qui prend la dose qu'il connait le maintient affamé et de bonne humeur au quotidien, s'il arrive un week-end et veut s'amuser à une soirée, il peut augmenter la dose pour rire, c'est non il n'y a pas de mal. Mais bien sûr, personne ne veut rire tous les jours, ce serait idiot. Il y a beaucoup de cette peur que les patients deviennent dépendants du cannabis. J'ai eu des centaines de patients consommant du cannabis et aucun n'est devenu dépendant, c'est n'importe quoi. Ils avaient confiance en la plante et éventuellement ils peuvent la consommer lors d'une fête, car ils savent que c'est sans danger, et surtout qu'elle ne donne pas la gueule de bois. Mais ils ne deviennent en aucun cas des consommateurs réguliers lorsqu'ils n'en ont plus besoin.

Et côté utilisation ? Comment la plupart des patients l'utilisent-ils, vous savez ?
Il y a un petit pourcentage qui fume, car ce sont des fumeurs réguliers et donc cela ne fait pas beaucoup de différence pour eux de mélanger du cannabis avec du tabac ou même de fumer l'herbe pure et simple, mais la majorité la dilue et la mélange avec du beurre.

Et la vaporisation ? Les gens adoptent de plus en plus les vaporisateurs, parce qu'ils sont en meilleure santé ou pas ?
Je n'ai pas de patients qui l'ont utilisé. En effet, le prix des vaporisateurs, qui varie entre 200 et 300 euros, n'est pas à la portée de la grande majorité de mes patients. 

Pensez-vous qu'ils devraient être remboursés, maintenant qu'il existe cette option de fleurs en pharmacie ?
Je ne vois pas beaucoup d'intérêt à vapoter. D'une part, je n'ai aucune expérience et, d'autre part, en fait, le mélanger avec du beurre, que les patients font calmement à la maison, fonctionne très bien, donc je ne vois pas la nécessité de la cuisson à la vapeur.

Avez-vous vécu des situations cocasses avec l'usage du cannabis dans votre service hospitalier ?
Une fois, dans un service de six lits, un patient qui a pris des biscuits et a oublié d'informer les autres patients qu'ils étaient faits avec du beurre "additif", et en milieu de matinée c'était une joie dans ce service, avec tous les les patients rient eux-mêmes, extrêmement bien disposés. Les infirmières ne comprenaient pas ce qui se passait, mais dans cette pièce, c'était une matinée très amusante. Il y avait une autre situation d'un de mes collègues, un médecin, dont la mère avait une maladie oncologique et prenait ce beurre dans sa soupe. Une fois, sa fille et son gendre sont allés lui donner à manger à des heures différentes et ont « assaisonné » la soupe de sa mère en double dose. Au milieu de l'après-midi, ma collègue m'a appelé pour me dire que sa mère n'arrêtait pas de rire et qu'est-ce que je devais faire... Et j'ai dit "Écoute, ne fais rien, ne t'inquiète pas, elle va bien à dîner temps... et gardez-moi un peu de cette soupe dans un Tupperware que j'aimerais essayer, ça doit être bon !” (des rires)

Le docteur. Paulo a une expérience personnelle du cannabis à des fins « récréatives ». Quand avez-vous essayé pour la première fois ?
La première fois, c'était à la fin du lycée, peut-être en année préparatoire, au début des années 80. C'était une substance qui circulait librement, principalement dans les milieux plus progressistes, plus culturels, groupes de théâtre, de musique, etc. Je l'aurais essayé trois à quatre fois d'ici là. Quoi qu'il en soit, c'était amusant, mais ce n'était pas non plus un cannabis de haute qualité, avouons-le. Le premier cannabis de meilleure qualité que j'ai jamais essayé était plus tard, j'étais déjà médecin.

Quand était-ce?
C'était à l'époque d'un congrès à Amsterdam, dans les années 90. Là, dans un café, j'ai décidé de l'essayer et, en fait, c'était un cannabis de qualité et destiné précisément au côté récréatif. C'était une sensation très amusante, très intéressante, et j'ai apprécié. 

Et vous souvenez-vous quelle était la meilleure variété que vous avez essayée ?
Je dois vous dire que le meilleur cannabis que j'ai jamais essayé était en vacances en Jamaïque. Bien que le commerce du cannabis soit interdit, des porteurs de l'aéroport à la réceptionniste de l'hôtel, tout le monde propose de vendre du cannabis et, en fait, je considère que c'est le meilleur que j'aie jamais essayé, du point de vue du plaisir et des loisirs. C'est un cannabis que les gens cultivent dans leur jardin, comme le chou frisé est cultivé ici. Les gens y cultivent du cannabis, y font leur petit commerce et le vendent aux touristes et, en fait, c'est un cannabis extrêmement agréable.

Et l'utilisez-vous encore aujourd'hui ?
Pour moi (et la plupart des gens que je connais qui ne consomment du cannabis qu'à des fins récréatives), il a plus ou moins le même cadrage que le champagne. Personne ne boit du champagne tous les jours, ni n'accompagne ses repas quotidiens de champagne.

Le champagne se boit lors d'occasions spéciales, lors de fêtes ou de célébrations, et ces dernières années, j'ai mis un point d'honneur à fumer du cannabis le soir du Nouvel An, car j'aime commencer l'année en riant.

Je pense que c'est une bonne façon de commencer l'année. Je bois, le soir du Nouvel An, un Flûte de champagne pour porter le toast, mais le produit de divertissement que j'utilise est le cannabis. Et, curieusement, même si je me suis couché tard, je me réveille le 1er janvier relativement tôt et extrêmement lucide, avec une capacité de travail inhabituelle. J'ai même profité du 1er janvier pour faire plus de travail intellectuel, pour écrire, car en fait c'est une extrême lucidité et capacité de concentration, contrairement au 1er janvier de ceux qui boivent de l'alcool, qui sont des jours de terrible gueule de bois, malaises, maux de tête, nausées… J'ai eu des journées du 1er janvier extrêmement agréables et productives. 

Paulo Tavares lors d'un webinaire organisé par la section régionale du centre Ordem dos Médicos

Votre consommation est-elle limitée au réveillon du Nouvel An ou avez-vous d'autres occasions spéciales ?
Il peut y en avoir un ou deux, je vous dis, c'est comme le champagne. Quand boit-on du champagne dans l'année ? Si on va voir, ça se compte sur les doigts d'une main, n'est-ce pas ? La plupart des gens que je connais qui consomment du cannabis à des fins purement récréatives ont des comportements similaires. Je ne connais personne, que ce soit parmi ceux qui consomment du cannabis à des fins récréatives ou parmi ceux qui en consomment pour des raisons médicales, qui soit jamais devenu dépendant au cannabis. Au moins accro de la même manière qu'une personne est accro au tabac, par exemple. Disons que le cannabis sera à égalité avec le café ou le chocolat. Il y a des gens qui aiment beaucoup ça. Moi, par exemple, j'avoue que je suis aussi accro à la caféine. Mon café dès le matin… Vers la fin de la matinée, je commence par des maux de tête, donc j'ai des symptômes physiques de privation de caféine. Je bois 4-5 cafés par jour et, je l'avoue, désespérément et malheureusement, Je suis accro à la caféine, je suis accro à la nicotine, mais au cannabis je ne le suis pas, et je ne connais personne qui le soit. Du point de vue de la dépendance, le tabac est peut-être la drogue la plus addictive et la plus difficile à arrêter. Je connais beaucoup de gens qui ont arrêté de fumer il y a 20 ans et qui n'osent pas prendre une cigarette, car ils savent qu'ils recommenceraient tout de suite à zéro. Ce n'est pas du tout le cas avec le cannabis. 

Comment vos collègues médecins réagissent-ils à votre ouverture sur le cannabis ?
Ils ne réagissent pas mal avec moi, mais avoir la même position que moi, ou être ouvert et franc avec tout ça, ce n'est pas très souvent. J'ai des camarades de classe qui consomment, certains beaucoup plus que moi, qui étaient connus à l'époque du lycée comme de grands connaisseurs de la substance, mais aujourd'hui ils vont jurer ensemble qu'ils n'ont jamais touché à ça, non, pas de drogue ! Mais ils continuent, dans l'intimité de leur foyer, à consommer, évidemment.

Pensez-vous qu'il y a encore beaucoup d'hypocrisie…?
Très très.

Une terrible hypocrisie et, surtout, une performance honteuse des forces de sécurité, notamment de la GNR, dans la poursuite du petit trafic de cannabis, parce que les agents qui font les saisies, évidemment, consomment aussi, de temps en temps - et il n'y a pas de mal à le faire !

Maintenant, c'est idiot de perdre du temps là-dessus, alors que les grands criminels sont toujours en liberté, comme nous le savons tous, en toute impunité et sans aucune poursuite policière.

Par rapport aux jeunes, qui sont généralement les tranches d'âge qui les concernent le plus, quels conseils pouvez-vous donner, en tant que médecin et en tant que personne qui l'a essayé ?
Tout d'abord, ne soyez pas pressé de l'essayer. Ils ont le reste de leur vie à utiliser, et pendant leur jeunesse, alors que beaucoup de choses sont encore en train de se former, il n'est pas vraiment commode de faire ces expériences. Durant leur jeunesse, ils doivent se soucier de leurs passions d'adolescent, les études et le sport. Ils ont le temps, plus tard dans la vie, comme à la fin de l'université. J'ai déjà mis au défi plusieurs étudiants en médecine de construire une voiture à Queima das Fitas où le zéro alcool était supposé et toute la fête était faite avec du cannabis, pour donner l'exemple. L'alcool est un cancer de notre société. Elle est responsable de nombreuses maladies, mais surtout de beaucoup de violences et, particulièrement, de violences faites aux femmes, d'homicides. Et il est vendu librement dans tous les supermarchés et épiceries. Il est important que les jeunes prennent leurs distances vis-à-vis de l'alcool et supposent que, dans les moments de plaisir, il existe des substances qui remplacent l'alcool avec de grands avantages, à la fois en termes de mal et en termes de gueule de bois. La gueule de bois est une situation extrêmement désagréable qui n'existe pas avec le cannabis.

L'alcool est d'ailleurs la première cause de décès par overdose chez les jeunes, le saviez-vous ?
Je ne connaissais pas ces chiffres, mais j'ai traité des cas dramatiques à la banque de l'hôpital. Une fois, deux jeunes garçons sont venus à ma banque qui avaient fait un pari sur la façon dont ils pourraient boire une bouteille de cognac. On est arrivé propre et déjà un cadavre ! L'autre est arrivé tout sale, vomi et encore vivant. Ce qui l'a sauvé c'est d'avoir vomi l'alcool, de ne pas rester à l'intérieur, mais avec son ami c'était dramatique, il n'a pas eu le temps d'y arriver vivant. Cela avec le cannabis, par exemple, n'arriverait jamais. 

Parlez-vous du cannabis à vos collègues ou avez-vous l'impression qu'il y a encore de la résistance de la part de certains médecins ?
Il y a, il y a encore beaucoup de préjugés, et toute cette résistance d'Infarmed et des autorités sanitaires à laisser circuler librement le cannabis, rend en fait les gens réticents à en consommer. Par exemple, lorsque la loi sur l'avortement est sortie, des années avant, la GNR ne persécutait pas les personnes qui se faisaient avorter, mais ce que nous avons pour le moment, c'est la GNR à poursuivre, avec une grande insistance, à la fois la possession et la culture, aussi petite soit-elle, de cannabis. En d'autres termes, cela envoie un message social que c'est une chose dangereuse et que c'est quelque chose qu'il faut combattre, ce qui est un mauvais message, mais que les autorités continuent d'insister pour maintenir. Et puis, des médecins qui n'ont aucune expérience, avec tout ce milieu social… En plus, il y a des psychiatres, des imbéciles, qui viennent avec des fantômes d'effets secondaires terribles. Ce sont des psychiatres qui n'ont aucune expérience de l'administration médicale de cannabis, et tout cela contribue à la mauvaise adhésion des médecins au cannabis médical.

Combien en connaissez-vous, plus ou moins, qui sont plus ouverts comme ça ?
Très peu. Je dirais que même pas 10 % des médecins se sont réellement engagés à utiliser du cannabis médical en ce moment.

Quand pensez-vous être socialement accepté ?
Quand Infarmed permet qu'il y ait du cannabis naturel et sauvage dans les hôpitaux. Et quand la GNR arrête de courir après les gens qui ont un vase avec une plante ou deux à la maison. Quand tout l'environnement social changera, les gens commenceront... les patients eux-mêmes, par curiosité, commenceront à expérimenter et ils ressentiront les bons effets du cannabis et ce sera plus une question de patients pour les médecins que de médecins pour les malades. . Si un patient va bien, il le dit à son ami, l'ami essaie puis va le dire au médecin. Le médecin apprendra du patient, ce ne sera pas l'inverse., Je suis convaincu de ça.

La Loi sur le cannabis médical prévoyait que le gouvernement formerait des professionnels de la santé. Avez-vous suivi une formation ?
Zéro absolu. Quoi que ce soit. Et je suis convaincu que les facultés de médecine n'en parlent toujours pas. Je pense que dans moins de 4-5 ans, les choses ne changeront pas.

Si vous pouviez changer quelque chose, ce serait quoi ?
J'ai changé la loi ! Au fond, ce qui limite les choses, ce sont les différentes entraves que la loi impose, ce sont des grains de sable qui sont mis dans l'engrenage. Il y aura des intérêts qui ne veulent pas que le cannabis réussisse. A terme, la grande industrie pharmaceutique, puisque le cannabis va concurrencer directement certaines drogues puis, enfin, on ne sait pas pourquoi cette pression et cette répression policière continuent d'exister sur une plante dont la culture est facile et très bénéfique pour de nombreux malades.

Par rapport au fait qu'Infarmed applique les mêmes principes au cannabis qu'aux médicaments, n'est-ce pas aussi un obstacle pour nous d'avoir plus d'alternatives à la disposition des patients ?
Infarmed… Je ne comprends pas très bien les attitudes, car en autorisant ce 18% de cannabis de Tilray et son entrée sur le marché avec une composition secrète, ce n'est en aucun cas la procédure pour les autres médicaments. Il n'y a pas de médicament sur le marché avec une composition secrète, ou qui soit un secret industriel. D'un autre côté, cela rend difficile la production de cannabis naturel et ils mènent une énorme guerre pour le rendre non viable. La vérité est qu'il est très facile de planter du cannabis et d'en extraire l'huile, mais ce que vous voyez, c'est qu'il n'atteint plus jamais les patients et les hôpitaux.

[/ppp_patron_only]

commentaires
S'abonner
Notifier de
1 Commenter
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Ana
Il y a 1 année

Grand médecin! Il devait y en avoir plus comme ça ! En 2017, quand j'ai commencé à utiliser l'huile de CBD pour mon
douleur chronique, lorsqu'il a déclaré en consultation orthopédique qu'il avait cessé de prendre le
Tramadol Retard 100 mg toutes les 12 heures, plus relaxants musculaires, plus anti-inflammatoires,
il a dit qu'il allait me soustraire à la possibilité d'une chirurgie de la colonne vertébrale, car je refusais de suivre le "protocole thérapeutique".

J'ai donc commencé à abandonner le CBD (qui n'était pas vraiment bon pour les douleurs chroniques) et j'ai commencé
consommer du cannabis avec des infusions de ghee et d'huile de noix de coco.
Il m'a fallu quelques jours pour trouver la bonne dose pour moi et j'utilise cette dose deux à trois fois par jour,
si nécessaire, augmentez-le un peu, et j'ai des jours où je ne l'utilise même pas.
Cela m'aide également à contrôler l'anxiété et les pensées récurrentes du SSPT, cela m'aide à dormir.
Dans la partie récréative, cela m'aide dans la partie créative de l'écriture et de mon travail artisanal.

De temps en temps, je fume du cannabis pur lorsque la douleur est la plus intense et j'ai hâte d'être soulagé
quand j'ingère mon "cannabutter", cela peut prendre plus de deux heures pour faire effet
dans mon organisme.
J'ai aussi des suppositoires faits par moi-même avec du beurre de cacao et des fleurs de cannabis.
Je ne mélange pas avec le tabac, car j'ai arrêté de fumer en 2014 et je ne veux pas retourner au tabac.

Peu de gens savent que je consomme du cannabis de cette façon, car en fait, le
les préjugés sont plus que beaucoup.

Quant aux fleurs avec uniquement du THC ou uniquement du CBD, elles ne sont pas vraiment une bonne option. je ne suis pas d'accord avec le
c'est ce que fait l'industrie pharmaceutique.
D'après ce que j'ai lu au cours des 5 dernières années sur le cannabis, ils "volent" pour ainsi dire,
la possibilité d'ingérer tout ce que la plante a. Ce n'est pas un hasard si, dans de nombreuses cultures, il est
considérée comme une plante sacrée. L'être humain a la manie de la "purification" de tout et une paire de bottes
et en fait cela nous rend de plus en plus malades et éloignés de la Vraie Vie.

Reconnaissance

Publicité
Publicité

Voir le documentaire "Patients"

Documentaire Patients Laura Ramos aidez-nous à grandir

Mais RECENTES

internationaleIl y a heures 1

High Tide et Sanity Group unissent leurs forces pour la légalisation en Allemagne

High Tide Inc., une entreprise canadienne spécialisée dans la distribution d'accessoires pour fumeurs et de produits liés au tabagisme...

internationaleIl y a heures 1

La Suisse lance la vente légale de cannabis avec un logiciel de suivi axé sur la transparence

Après 6 mois de retard, la Suisse est prête à entrer dans l'histoire avec la vente légale de cannabis dans le pays,...

internationaleIl y a heures 1

L'Argentine crée une agence de réglementation de l'industrie du chanvre et du cannabis médicinal

L'Argentine a fait un pas audacieux pour devenir un acteur majeur sur le marché mondial du cannabis en...

internationalejours il y a 2

Comment les associations de cannabis fonctionneront-elles à Malte ?

L'Autorité pour l'utilisation responsable du cannabis (ARUC), l'organisme maltais chargé de réglementer l'industrie légale et récréative...

sociétésjours il y a 2

Organigramme notifié par le Nasdaq pour défaut de montant minimum de transaction

Organigram Holdings Inc. a été notifié par le Nasdaq qu'il aura jusqu'en juillet prochain pour atteindre le...

Chanvrejours il y a 3

États-Unis : la FDA refuse de réglementer le CBD en raison de problèmes de sécurité

La Food and Drug Administration (FDA) a rejeté le lancement du processus de réglementation du CBD dans les produits alimentaires, car elle n'envisageait pas...

internationalejours il y a 3

Hong Kong: l'interdiction du CBD entre en vigueur le 1er février, avec des amendes pour millionnaires et des peines à perpétuité

Hong Kong classera officiellement le Cannabidiol (CBD) comme « drogue dangereuse » à partir de ce mercredi 1er février, et...

internationalejours il y a 6

Le Japon prend des mesures pour légaliser le cannabis médical

Le gouvernement du Japon envisage une révision de sa loi sur le contrôle du cannabis, qui permettrait l'utilisation...

communiqués de presseIl y a une semaine 1

États-Unis : Curaleaf arrête ses activités en Californie, au Colorado et en Oregon

Curaleaf Holdings a annoncé aujourd'hui dans un communiqué de presse la fermeture proactive de la plupart de ses opérations en Californie, au Colorado...

sociétésIl y a une semaine 1

Bedrocan étend sa production de cannabis médical au Danemark

Le producteur néerlandais de cannabis médical Bedrocan ouvre une nouvelle usine au Danemark pour répondre à la demande...