Suivez nous sur

internationale

La Cour constitutionnelle ougandaise annule la loi sur la drogue, mais la police prévient qu'elle renforcera son application

Publié

em

La Cour constitutionnelle ougandaise a annulé la loi sur le contrôle des stupéfiants et des substances psychotropes qui était en vigueur dans le pays depuis 2015, suite à l'action réussie des militants. Cependant, et malgré la décision du tribunal, rendue la semaine dernière, les autorités ougandaises affirment qu'elles continueront à veiller à l'application de la l'ancienne loi de 1993 pour lutter contre les délits liés aux substances.

L'Ouganda est actuellement le théâtre d'un moment ridicule en matière de contrôle des drogues. La loi sur le contrôle des stupéfiants et des substances psychotropes adoptée en 2015 par le gouvernement ougandais a été annulée par la Cour constitutionnelle la semaine dernière. L'annulation de la loi par le tribunal, qui était déjà contestée par des militants, était fondée sur l'absence de quorum de la part du Parlement, lors de sa promulgation en 2012, contrairement aux articles 88 et 89 de la Constitution et au paragraphe 23 de la loi du Parlement. Règles de procédure.

Après des réactions mitigées sur la question, la police a annoncé que tous les commandants territoriaux avaient pour instruction de maintenir ou d'intensifier les actions d'inspection contre les contrevenants et d'intensifier les efforts pour dissuader l'usage de drogue dans le pays, en plus des délits motivés par ceux-ci.

Des représentants du procureur général ougandais ont annoncé que l'État devait faire appel de la décision : Jackson Kafuzi, le procureur général adjoint, a déclaré au L'observateur que l'État ferait appel de la décision de la Cour constitutionnelle. Kiryowa Kiwanuka, le procureur général, a déclaré à la même publication que leurs bureaux étudieraient la décision afin de faire appel. L'Observateur a en outre rapporté que, sans que le procureur général identifie des lois spécifiques, il a déclaré que les stupéfiants sont toujours illégaux en Ouganda et que les individus seront poursuivis en vertu d'autres lois dans le pays.

Le Parlement ne soumet pas de "feuille de présence" au tribunal

Selon le verdict présenté au tribunal, les juges ont accepté les objections des agriculteurs "mairungi", du fait qu'il n'était pas possible, à partir des archives parlementaires, de confirmer si les députés nécessaires seraient présents pour approuver le diplôme. Le problème serait le manque de clarté des procès-verbaux des débats, appelés Hansard. "D'après l'examen des hansards des 18, 19 et 20 2014, je conclus que le pétitionnaire a une plainte valable. Avant qu'un vote puisse légalement être pris par le Parlement, l'article 23(3) du Règlement intérieur du Parlement de 2012 exigeait que le Président vérifie que les députés présents à la Chambre aient atteint le quorum pour le vote », a déclaré le juge Mutangula Kibeedi. Le panel de juges a conclu qu'il est "impossible pour cette cour de s'appuyer sur le hansard pour tirer sa propre conclusion que le nombre de personnes impliquées dans le vote a atteint le minimum nécessaire pour constituer un quorum".

Un panel de cinq juges, dirigé par le juge en chef adjoint Richard Buteera, Stephen Musota, qui a depuis été élevé à la Cour suprême, Muzamiru Mutangula Kibeedi, Irene Mulyagonja et Monica Mugyenyi, a annulé à l'unanimité la loi et a ordonné au gouvernement de payer les frais encourus par les agriculteurs dans cette pétition.

Les ministres ont ajouté que le président du parlement devrait refléter avec précision le nombre de parlementaires présents dans la Chambre au moment pertinent, combien d'entre eux ont le droit de vote et combien n'ont pas le droit de vote (anciens membres).

La décision découle d'une requête visant à retirer le Khat de la liste des stupéfiants

En 2017, Wakiso Miraa Growers and Dealers Association Limited a déposé une requête dans laquelle ils ont contesté la loi sur les drogues du pays. Cela interdisait et criminalisait spécifiquement la culture, la possession, la consommation, la vente, la distribution, le transport et l'exportation de Catha edulis (khat) communément appelé mairungi.

L'équipe juridique engagée dans cette bataille juridique était dirigée par Isaac Ssemakadde et les requérants ont fait valoir que l'interdiction de khat elle n'était étayée par aucune preuve scientifique, mais elle avait un effet perturbateur sur les moyens de subsistance, la propriété, les droits économiques, culturels et sociaux des pétitionnaires, qui sont des agriculteurs, des vendeurs et des consommateurs.

Les pétitionnaires ont présenté au tribunal la preuve de l'inconstitutionnalité du parlement pour interdire la mairungi, ainsi que demander la disqualification du khat en tant que plante et substance psychotrope interdites en vertu de la loi sur les stupéfiants en question.

La dépendance à l'égard de cette culture autrefois interdite a été expliquée par Vincent Kizito, président de Wakiso Miraa Growers and Dealers Association Limited, qui a déclaré que la culture devrait être traitée comme un mets de choix car c'est une source de revenu familial et qu'elle supprime les besoins financiers des familles, permettant, par exemple, les conditions d'éducation des enfants.

 

____________________________________________________________________________________________________

[Avertissement : veuillez noter que ce texte a été initialement rédigé en portugais et est traduit en anglais et dans d'autres langues à l'aide d'un traducteur automatique. Certains mots peuvent différer de l'original et des fautes de frappe ou des erreurs peuvent survenir dans d'autres langues.]

____________________________________________________________________________________________________

Que faire avec 3€ par mois ? Devenez l'un de nos mécènes ! Si vous pensez qu'un journalisme indépendant sur le cannabis est nécessaire, abonnez-vous à l'un des niveaux de notre compte Patreon et vous aurez accès à des cadeaux uniques et du contenu exclusif. Si nous sommes nombreux, nous pouvons faire la différence avec peu !

Je suis l'un des directeurs de CannaReporter, que j'ai fondé avec Laura Ramos. Je viens de l'île unique de Madère, où je réside actuellement. Alors que j'étudiais l'ingénierie physique à la FCUL à Lisbonne, je me suis impliqué dans la scène nationale du chanvre et du cannabis et j'ai participé à plusieurs associations, dont certaines dont je suis toujours membre. Je suis l'industrie mondiale et notamment les avancées législatives concernant les différents usages du cannabis.

Je peux être contacté par email à joao.costa@cannareporter.eu

Cliquez ici pour commenter
Inscrivez-vous
Notifier de

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Publicité


Voir le documentaire "Patients"

Documentaire Patients Laura Ramos aidez-nous à grandir

Mais RECENTES

Chanvrejours il y a 3

Portugal : Une étude révèle des disparités alarmantes dans l’étiquetage du CBD, qui reste interdit dans le pays

Une étude récente sur les produits CBD au Portugal révèle des disparités alarmantes entre la teneur en cannabinoïdes annoncée et...

internationalejours il y a 3

Espagne : la mairie de Barcelone ferme des dizaines de clubs de cannabis

Le conseil municipal de Barcelone a lancé une forte répression contre les clubs de cannabis de la ville, ordonnant...

internationalejours il y a 5

L’Allemagne approuve le premier club social de cannabis après la légalisation

La ministre de l'Agriculture de Basse-Saxe, Miriam Staudte, a annoncé ce lundi que son cabinet avait autorisé le premier club...

Chanvrejours il y a 6

La Thaïlande se rapproche de plus en plus de la reclassification du cannabis et du chanvre comme substances contrôlées

La Thaïlande a franchi une nouvelle étape décisive vers la réinterdiction du cannabis dans le pays. Vendredi dernier,...

internationaleil y a des semaines 2

L'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDDA) devient l'Agence de l'Union européenne contre les drogues (EUDA)

Le 2 juillet 2024, l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (EMCDDA) deviendra l'Agence...

Événementsil y a des semaines 2

ICRS – International Cannabinoid Research Society réunit médecins et chercheurs à Salamanque pour le 34e Symposium sur les cannabinoïdes

Si vous pensez que la recherche sur le cannabis est récente et qu’il n’y a pas encore assez d’études… détrompez-vous ! ET...

Chroniqueil y a des semaines 3

Terroir 101 – Une introduction

Cet article commence une série de sujets nécessaires à ceux qui croient que cette plante mérite d'être vénérée et élevée...

Événementsil y a des semaines 3

Laura Ramos, rédactrice en chef de CannaReporter®, nommée « Journaliste de l'année » aux Business of Cannabis Awards

L'industrie du cannabis est sur le point de se rassembler à Londres pour deux jours de Cannabis Europe et une nuit de...

communiqués de presseil y a des semaines 4

Cannabis Europe accueille les dirigeants européens et nord-américains à Londres pour capitaliser sur le marché européen du cannabis

L’industrie nord-américaine du cannabis est en train de créer un mouvement important de l’autre côté de l’Atlantique en tant que leader de ce...

internationaleil y a des semaines 4

La police allemande précise qu'elle n'a pas suggéré la consommation de cannabis (à la place de l'alcool) aux supporters anglais lors de l'Euro 2024

La police de Gelsenkirchen, en Allemagne, a été citée dans un reportage déclarant que l'attention serait davantage concentrée sur les supporters...