Suivez nous sur

National

Les députés portugais partagent une position qui pourrait favoriser la régulation

Publié

em

Écoutez cet article

Lors de la conférence « Exposition au cannabis à l'adolescence », les députés ont fait connaître leurs positions sur la réglementation du cannabis, lors de l'événement qui a lieu aujourd'hui à l'Auditorium António de Almeida Santos, à l'Assemblée de la République. À l'exception de Chega, qui s'est prononcé catégoriquement contre le règlement, tous les partis ont fait preuve d'une certaine ouverture sur la question, certains avec plus de prudence que d'autres.

Aujourd'hui, lors de la Conférence « Exposition au cannabis pendant l'adolescence et la santé », qui a lieu à l'Auditorium Almeida Santos, à l'Assemblée de la République, plusieurs députés ayant des sièges parlementaires se sont réunis pour un débat sur le thème du cannabis récréatif. Le débat « courageux », modéré par l'avocat João Taborda da Gama, a comporté plusieurs interventions de députés, dans une séance de modèle « régimentaire », avec 8 minutes pour chaque député pour prendre position sur le sujet qui, selon le modérateur, "Cela terrifie surtout tout le monde, et c'est là tout l'intérêt du problème de l'exposition au cannabis chez les jeunes."

Ce qui est certain, c’est que la réglementation du cannabis évolue dans la dimension politique, avec de moins en moins de partis défendant ouvertement la prohibition, fondant les changements sur des questions de liberté individuelle et de santé publique. La régulation est ainsi de plus en plus considérée comme une option possible, mais il n'existe toujours pas de modèle qui plaise à tout le monde, et si certains députés ont une position plus progressiste qui appelle à un changement urgent, d'autres défendent une vision plus conservatrice de la régulation, défendant des approches de traitement et une un plus grand nombre d’études sur le sujet. Différents partis étaient représentés au débat, notamment les députés Miguel Costa Matos pour le Parti Socialiste, Miguel Almeida pour le Parti Social-Démocrate, Pedro dos Santos Frazão pour le Parti Chega, João Cotrim de Figueiredo pour l'Initiative Libérale, João Dias pour le parti Portugais. Parti Communiste, Moisés Ferreira pour le Bloc de Gauche et Isabel Mendes Lopes pour le Parti Libre.

Miguel Costa Matos, Groupe Parlementaire du Parti Socialiste

Miguel Costa Matos, député du Groupe Parlementaire du Parti Socialiste, a été le premier à prendre la parole pour exprimer qu'il ne voulait pas que le débat sur la réglementation soit un sujet de contestation politique – affirmant qu'il s'agit d'un débat déjà mis en œuvre par certains les partis et la société. Le député a expliqué qu'il est important de définir les modèles de légalisation à adopter dans notre pays, c'est pourquoi « le PS a présenté la nouvelle proposition pour discussion en commission de la santé ».

Selon le député, il y a encore beaucoup de questions relatives qui doivent être définies dans le modèle à adopter, et il est nécessaire de maintenir le contrôle et de ne pas donner l'idée que la consommation de cannabis n'est pas nocive, en donnant l'exemple des produits comestibles aux États-Unis. États d'Amérique. Miguel Costa Matos a ajouté que le Portugal ne semble pas avoir une culture qui privilégie les clubs sociaux (par rapport aux modèles de l'Espagne et de l'Allemagne), ce qui garantit que le Portugal a un profil plus axé sur un modèle commercial plutôt que communautaire.
Le député socialiste a terminé son intervention en soulignant l'importance de définir des moyens de limiter le commerce et de garantir que ceux qui vendent puissent promouvoir des pratiques de consommation plus durables, et a déclaré que le Parti Socialiste souhaite avoir une initiative pour discuter de la manière de légaliser le cannabis dans notre pays et c'est à ce moment-là que le parti veut le faire.

Guilherme Almeida, Groupe parlementaire du Parti social-démocrate

Représentant le groupe parlementaire PSD, le plus grand parti d'opposition à l'Assemblée de la République, le député Guilherme Almeida a déclaré que le Portugal connaît à nouveau de graves cas de consommation de substances, où la grande question est de savoir s'il est moins nocif ou non de légaliser la consommation de cannabis. , identifiant les problèmes liés à la réglementation du cannabis, tels que l'augmentation de la consommation chez les jeunes, l'impact d'une teneur plus élevée en THC et les effets de la consommation sur les jeunes et leur développement. Le député social-démocrate a également rappelé que le manque d'investissement réalisé en matière de traitement a entraîné des retards pour les usagers qui ont besoin d'accompagnement.

Guilherme Almeida a également déclaré que pour le PSD, il est essentiel de différencier l'usage médicinal de l'usage récréatif. Dans son intervention, il a défendu la nécessité de politiques publiques efficaces axées sur l'éducation et la prévention, avec des politiques publiques basées sur la prévention, afin de garantir l'information et la protection des jeunes. Il a également rappelé qu'il s'agit d'un sujet qui ne fait pas consensus au sein du parti, et que comme le Parti socialiste, le JSD est plus progressiste avec plus de 60% de jeunes sociaux-démocrates défendant la légalisation, mentionnant également l'approbation de la proposition de légalisation du cannabis. lors de son congrès, qui vise essentiellement à réduire l'offre et la consommation, à lutter plus efficacement contre les trafics, ainsi qu'à améliorer la prévention et le traitement des addictions.

Pedro dos Santos Frazão, Groupe Parlementaire du Parti Chega

Représentant le groupe parlementaire Chega, Pedro dos Santos Frazão a exprimé explicitement le rejet de la réglementation du cannabis par Chega, qui est absolument contre la légalisation.
À cet effet, le député a cité Nelson Carvalho, directeur des services de l'Unité opérationnelle des conduites addictives et dépendances de Madère : « Je suis totalement contre la légalisation du cannabis. En fait, cela me rend un peu confus parce que nous vivons une politique très restrictive en matière de tabac et une politique très libéralisée en matière de cannabis. C’est inquiétant. Le député a également défendu que la légalisation représente un problème de santé publique, terminant par la citation du psychologue madérien selon laquelle « la légalisation est une question politique et non une question de santé ». Le député s'est également concentré sur l'avis coordinateur de l'ancien Plan National de Santé Mentale, qui, selon le député, "ne croyait pas que la légalisation du cannabis récréatif apporterait des bénéfices dans la lutte contre la toxicomanie".

Enfin, Pedro Santos Frazão a exprimé que cette question n'est pas un problème scientifique, affirmant que plusieurs scientifiques venus à l'Assemblée de la République sont contre la légalisation du cannabis, et accuse le parti socialiste d'approuver « c'est son désir de lois contre ce que disent les experts. » Représentant le parti CHEGA, il s'est prononcé totalement contre, affirmant que c'est le seul parti qui adopte cette position et affirme que « nous avons la rue avec nous, nous savons que nous avons nos familles avec nous », affirmant que « un joint est le début d’une vie de toxicomane.

João Cotrim de Figueiredo, Groupe Parlementaire du Parti de l'Initiative Libérale

Du côté du Groupe Parlementaire d'Initiative Libérale, pour son leader João Cotrim de Figueiredo « il n'y a aucun doute ». Il affirme que le parti a toujours défendu la légalisation du cannabis et que « c'est une question de principe », affirmant qu'il existe plusieurs manières de mettre en œuvre cette réglementation (avec plus ou moins d'impact sur la santé) et que ce serait un exercice. de liberté individuelle.

Le député libéral a ajouté que la réglementation du cannabis est aussi une mesure qu'il défend pour des raisons pratiques, techniques et pragmatiques : « les 125 dernières années de prohibitionnisme ont échoué. Et ils ont échoué lamentablement. João Cotrim de Figueiredo a déclaré qu'il n'y a toujours aucune preuve d'une réduction de la consommation due au prohibitionnisme, ni aucune preuve de problèmes de consommation découlant de ce même prohibitionnisme, démontrant qu'au contraire, il existe des preuves d'une augmentation des réseaux de trafic qui nuisent à la santé. de la société en raison du prohibitionnisme.

Pour le représentant du groupe parlementaire Initiative libérale, la question n’est pas de savoir si l’on réglemente ou non, mais plutôt de discuter « comment réglementer ». Pour le libéral, la solution se limiterait à réguler, laissant une grande liberté de distribution et de marché. Le député explique que de nombreuses réalités montrent que plus la réglementation est stricte, plus il est difficile de contrôler le marché illicite, se montrant disponible pour entrer dans la discussion sur la réglementation du cannabis pour approuver une réglementation réfléchie, sensée et essentielle.

João Dias, Groupe parlementaire du Parti communiste portugais

Du côté du Parti communiste portugais, le député João Dias a exprimé que le PCP avait certaines réserves quant à la légalisation et à la libéralisation du cannabis, et que le parti avait une certaine ouverture concernant la légalisation, mais basée strictement sur des connaissances scientifiques. Le député a rappelé plusieurs actions du parti dans les modifications de la loi sur les drogues, mais a déclaré que le parti avait des doutes quant à la nécessité de rechercher la meilleure voie, défendant une juste considération.

João Dias a déclaré que tout le monde oriente le débat vers la question de la santé publique, mais a souligné qu'« on parle beaucoup de comment mais pas de quand », affirmant qu'il est nécessaire de réaliser des études qui démontrent la réalité du pays. Le député a justifié qu'il faut regarder les rapports du Service d'Intervention en Comportements Addictifs et Addictions (SICAD) afin de comprendre le bon moment pour avancer, à un moment où le pays traverse une situation complexe en termes d'addictions.

Ainsi, le représentant du PCP a déclaré que les décisions du parti, plus que politiques, seront basées sur des preuves scientifiques, justifiées par la complexité du problème et la nécessité d'une décision basée sur des faits empiriques et non sur des opinions, ce que craint le parti. .

Moisés Ferreira, Groupe Parlementaire du Parti du Bloc de Gauche

Représentant le groupe parlementaire du Bloc de Gauche, Moisés Ferreira a souligné la nécessité de clarté dans le débat : « Devons-nous légaliser ? Oui quand? Pour hier". Moisés Ferreira répond que la réglementation est nécessaire pour des raisons de santé publique, de réduction des risques, de lutte contre le trafic et de financement de ce type de trafic, pour des raisons de liberté individuelle et de droits civils.

Pour Moisés Ferreira, ce sont toutes des réponses sans équivoque, principalement dues au fait qu'il n'y a jamais eu autant de consommation de drogue, ironisant sur le fait que ce n'est pas la légalisation qui a mis davantage de drogue en circulation. Le député a estimé que "le prohibitionnisme a complètement échoué, il a continué à parler pendant plusieurs années", et laisse la question ouverte : "allons-nous continuer à insister sur un modèle qui a échoué (...), ou allons-nous enfin tenter quelque chose ? différent?"

Certains continuent à insister sur une confusion – certainement délibérée – entre libéralisation et légalisation, qui ne sont pas la même chose. La libéralisation est ce qui existe jusqu'à présent. Si l’État refuse de réglementer et de dire quelles substances peuvent être disponibles, alors cet espace sera exploré par d’autres. Moisés Ferreira soutient qu'à l'heure actuelle, ce sont les trafiquants de drogue qui régulent un État libéré, et c'est pourquoi nous assistons à l'émergence de néo-cannabinoïdes, des substances qui reproduisent les cannabinoïdes.

Pour le représentant du groupe parlementaire BE, il y a deux voies : « soit nous acceptons la réalité telle qu'elle est – ce qui n'est pas bon – soit nous assumons une régulation ».

Isabel Mendes Lopes, Groupe Parlementaire du Parti Libre

Du côté du groupe parlementaire Livre, la députée Isabel Mendes Lopes a déclaré que Livre défend la légalisation du cannabis, pour contrôler que la prohibition n'éradique pas ce phénomène. Pour le député, la légalisation est essentielle, considérant que cela doit avoir lieu « le plus tôt possible », et pour Isabel Mendes Lopes, elle est essentielle.

Pour cela, le député a soutenu que la réglementation doit être basée sur l'expérience scientifique, que les données sont disponibles et qu'il est essentiel d'examiner l'ensemble du cercle : de la production à la vente et au contrôle du marché. En outre, Isabel Mendes Lopes a défendu la nécessité d'investir dans l'alphabétisation et l'éducation, de comprendre le comment et surtout le pourquoi de la consommation, et comment cela affecte les conditions générales de vie des adolescents.

Enfin, Livre a estimé que l'existence d'un groupe de travail est une bonne initiative et devrait être une priorité du parti lors de cette session législative.

 

____________________________________________________________________________________________________

[Avertissement : veuillez noter que ce texte a été initialement rédigé en portugais et est traduit en anglais et dans d'autres langues à l'aide d'un traducteur automatique. Certains mots peuvent différer de l'original et des fautes de frappe ou des erreurs peuvent survenir dans d'autres langues.]

____________________________________________________________________________________________________

Que faire avec 3€ par mois ? Devenez l'un de nos mécènes ! Si vous pensez qu'un journalisme indépendant sur le cannabis est nécessaire, abonnez-vous à l'un des niveaux de notre compte Patreon et vous aurez accès à des cadeaux uniques et du contenu exclusif. Si nous sommes nombreux, nous pouvons faire la différence avec peu !

+ de publications
+ de publications

Je suis l'un des directeurs de CannaReporter, que j'ai fondé avec Laura Ramos. Je viens de l'île unique de Madère, où je réside actuellement. Alors que j'étudiais l'ingénierie physique à la FCUL à Lisbonne, je me suis impliqué dans la scène nationale du chanvre et du cannabis et j'ai participé à plusieurs associations, dont certaines dont je suis toujours membre. Je suis l'industrie mondiale et notamment les avancées législatives concernant les différents usages du cannabis.

Je peux être contacté par email à joao.costa@cannareporter.eu

2 Commentaires
Inscrivez-vous
Notifier de

2 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Publicité


Voir le documentaire "Patients"

Documentaire Patients Laura Ramos aidez-nous à grandir

Mais RECENTES

ÉvénementsIl ya des heures 11

Maren Krings, auteur de « H is for Hemp », présente aujourd'hui à Lisbonne son documentaire sur l'Ukraine

Maren Krings, photojournaliste d'origine allemande et auteur du livre « H is for Hemp » est aujourd'hui à Lisbonne pour présenter son...

internationalejours il y a 2

USA : la pédiatre Bonni Goldstein lance une pétition contre l'interdiction des médicaments naturels à base de CBD en Californie

La pédiatre nord-américaine Bonni Goldstein met en garde contre la tentative d'interdire les médicaments dérivés du CBD naturel dans...

internationalejours il y a 2

L’Europe compte près de 23 millions de consommateurs de cannabis, la plus consommée de toutes les substances illicites

Le cannabis reste de loin la substance illicite la plus consommée en Europe. Telles sont les conclusions du « Rapport...

Événementsjours il y a 3

Mary Jane célèbre la culture légale du cannabis pour la première fois en Allemagne

C'est le week-end prochain, du 14 au 16 juin, qu'aura lieu l'habituelle Mary Jane, à la Messe...

ÉvénementsIl y a une semaine 1

Le CB Club rassemble les professionnels du cannabis en prévision de Mary Jane, à Berlin

En prévision de la CB Expo (Cannabis Business Expo and Conference), qui aura lieu à Dortmund en septembre, la société CB...

rapportIl y a une semaine 1

Afrique du Sud : la légalisation d’une industrie déjà florissante

Dans les semaines qui ont précédé les élections à l'Assemblée générale en Afrique du Sud, le mercredi 29 mai dernier, il y a eu...

interviewsIl y a une semaine 1

Rui Reininho : « Je trouve vraiment bizarre que mes collègues du GNR mettent le nez dans les propriétés des gens pour voir ce que fait cette plante »

Rui Reininho, musicien portugais devenu célèbre en tant que chanteur de GNR, n'a plus besoin d'être présenté. Contrairement à ce que beaucoup pensent, il n'a pas trouvé...

Actualitésil y a des semaines 2

Canada : une étude montre que la consommation de cannabis réduit la consommation de méthamphétamine

Les polytoxicomanes, individus qui consomment plusieurs substances, se tournent souvent vers le cannabis pour réduire leur consommation...

Événementsil y a des semaines 4

CannaTrade revient à Zurich du 24 au 26 mai

CannaTrade – La Foire et festival international du chanvre de Zurich arrive à maturité en 2024, célébrant son 18e...

communiqués de presseil y a des semaines 4

Le Groupe SOMAÍ et sa filiale RPK Biopharma étendent leur partenariat avec Cookies à l'Europe et au Royaume-Uni

LISBONNE, PORTUGAL, 16 mai 2024 /EINPresswire.com/ — Le groupe SOMAÍ (« SOMAÍ ») et sa filiale RPK Biopharma ont étendu...