Suivez nous sur

interviews

Elena Battaglia, vétérinaire : « J'ai des patients atteints d'un cancer qui devaient mourir il y a deux ans et qui sont toujours en vie »

Publié

em

Vétérinaire italienne Elena Battaglia. Photo : D.R.

Nous avons parlé à la vétérinaire italienne Elena Battaglia, qui possède une vaste expérience de l'utilisation des cannabinoïdes chez les animaux, et nous avons expliqué comment ses patients ont bénéficié de cette plante ancienne.

Le cannabis au service des animaux
Chiens, chats, chevaux, vaches, cochons, oiseaux… tous les vertébrés possèdent un système endocannabinoïde, il est donc facile de comprendre qu'ils possèdent également des récepteurs aux cannabinoïdes, afin qu'ils puissent bénéficier du cannabis. Mais ce n’est pas seulement par son ingestion que le cannabis peut aider les animaux. Le chanvre industriel, en particulier les tiges et les fibres, est utilisé avec succès pour fabriquer de la litière pour chevaux ou vaches, absorbant mieux l'humidité et les déchets, garantissant une plus grande durabilité par rapport à tout autre type de paille.

Plusieurs études ont également prouvé l’efficacité du CBD pour réduire le stress, non seulement chez les chiens mais aussi chez les vaches. Une étude récente de l’Université du Kansas a révélé que l’alimentation du bétail avec du chanvre industriel peut avoir un effet bénéfique sur leur bien-être, en réduisant le stress et les marqueurs d’inflammation. Le zoo de Varsovie, en Pologne, a fait sourciller l’été dernier lorsqu’il a annoncé qu’il testerait les effets du CBD sur ses éléphants. Le projet « Chanvre pour les éléphants », considéré comme la première étude de ce type, vise à déterminer si des doses régulières d'huile de CBD réduiront les niveaux de stress chez les animaux. En cas de succès, le zoo prévoit de commencer à l'utiliser sur d'autres grands mammifères, tels que les girafes, les ours polaires et les rhinocéros.

Qui est Elena Battaglia?
Il est né à Savone, en Italie, en 1972, mais a déménagé à Chicago, aux États-Unis, alors qu'il n'avait que six ans. Elle a décidé de devenir vétérinaire lorsqu'elle était enfant, lorsqu'elle a développé une relation privilégiée avec les animaux et est retournée dans son pays natal. Il a étudié la médecine vétérinaire à l'Université de Parme et a obtenu son diplôme en 1996, mais ce n'est que 20 ans plus tard, en 2016, qu'il a réalisé que les cannabinoïdes pouvaient aider les animaux. A cette époque, sa vie a changé.


Elena a travaillé quelques années dans une clinique vétérinaire, mais a ouvert son propre cabinet en 2004. En 2016, son chien de 17 ans a commencé à avoir de graves problèmes d'arthrose et Elena cherchait désespérément une solution pour soulager ses souffrances. « Je n'ai pas trouvé de solution jusqu'à ce que je me souvienne d'un ami américain qui m'avait parlé du cannabis et du CBD. J'ai donc décidé de m'y pencher. C’est ainsi que mon aventure chanvre-cannabis a commencé ! 

Après avoir observé les effets positifs sur son chien, Elena a commencé à l'utiliser dans sa pratique clinique. « Au début, beaucoup de gens essayaient simplement parce qu’ils n’avaient rien à perdre, mais ensuite les animaux ont commencé à aller mieux. » À ce jour, Elena a traité plus de 3.000 XNUMX patients. Il fait webinaires et des conférences sur l'usage du cannabis chez les animaux et a participé à la fabrication de trois nouveaux produits à base de chanvre avec trois indications différentes : pour la douleur, pour l'épilepsie et pour les problèmes de comportement. Les produits contiennent du CBD, du CBDA, du CBG, dans des concentrations spécifiques pour aider à résoudre ces problèmes, en plus d'être ajoutés à des terpènes pour augmenter l'effet. entourage.

Quand avez-vous décidé de devenir vétérinaire ? Te souviens-tu encore?
J'étais un enfant, tout petit, vers 6 ou 7 ans. J’adorais simplement les animaux et j’aimais un peu moins les gens [rires]. Le chat de mes voisins faisait partie de la famille. J'ai grandi en voulant prendre soin des animaux parce que j'ai toujours pensé qu'ils le méritaient, qu'ils ne recevaient pas assez de respect et qu'ils n'avaient pas de personnes qui s'occupaient vraiment d'eux. C'est pour cette raison que j'ai décidé de devenir vétérinaire.

Et quand avez-vous réalisé que le cannabis pouvait aider les animaux ?
C'était vers 2016, lorsque mon chien le plus âgé, âgé de 17 ans, souffrait d'arthrite et de sérieuses difficultés à bouger. De plus, il avait peur des orages et était un peu sénile. Au début, j’utilisais ce que tout le monde utilise, la cortisone et des trucs comme ça. Le chien s'est senti bien pendant un moment, puis il est revenu à la même chose. J'avais une amie dont la sœur travaillait dans l'industrie du cannabis aux États-Unis et nous en parlions plus ou moins, mais je n'ai jamais recollé les morceaux. Alors un jour, je me suis dit : « Pourquoi pas ? » Ensuite, j'ai écrit à cette entreprise aux États-Unis pour savoir si elle pouvait m'envoyer un produit contenant du CBD et ils m'ont répondu, évidemment, qu'ils ne pouvaient pas, car il serait interdit ici en Italie, qu'ils ne me laisseraient pas le recevoir. Avant cette situation du COVID, j’allais en vacances aux États-Unis, car j’y vivais. Cet été, je suis revenu et j'ai trouvé le produit que je cherchais. Alors je l’ai apporté [CBD], j’ai commencé à le donner à ma chienne et elle a rapidement changé. Il n’avait plus 17 ans, il avait l’air d’en avoir 14, il bougeait plus facilement. C'était incroyable, car cela a commencé quatre ou cinq jours plus tard. J'avais l'habitude d'ouvrir la porte et elle a essayé de se lever, avec beaucoup de difficulté. Après [le CBD], dès que j'ouvrais la porte, elle se levait immédiatement et je pensais : « Non, tu n'as pas besoin de te lever à chaque fois que je pars. [rires] Mais il se sentait mieux et tous ses autres problèmes, comme les problèmes neurologiques ou la peur du tonnerre, ont tout simplement disparu. C'était incroyable, j'avais une nouvelle vie. Quand j’ai réalisé cela, j’ai pensé : « Mon Dieu, imagine le nombre d’animaux qu’on peut soigner et qui peuvent arrêter de prendre des médicaments. » Les médicaments, à long terme, causeront des problèmes, alors imaginez le bien que l'on peut faire avec cette plante.

Qu'as-tu fait à ce moment-là ? Avez-vous commencé à utiliser le CBD dans votre pratique clinique ?
Commencé. J’ai trouvé une pharmacie qui préparait une huile uniquement avec du CBD. C’était la seule chose que nous pouvions trouver, alors j’ai commencé avec uniquement du CBD. Après un certain temps, le CBD à spectre complet a commencé à sortir en Italie et j’ai commencé à l’utiliser parce qu’il fonctionne mieux. Alors je suis passé à celui-là. Ensuite, le CBD à spectre complet n’était pas suffisant pour certaines thérapies et j’ai commencé à consommer du cannabis. Après quelques années, j’ai traité plus de trois mille patients avec du CBD ou du cannabis. Oh, et un chien m'a mordu. Si vous voyez ma main [avec un bandage] c'est parce que j'ai été mordu ce matin, désolé. [rire]

Je suis vraiment désolé. Mais ça va ? C'était sérieux ?
Tout va bien.

Peut-être que le cannabis peut vous aider aussi !
Oui, je l'ai déjà fait, car si je l'applique dès que je suis mordu, il ne s'infecte pas, je n'ai pas besoin d'antibiotiques. Il y a une autre chose que le cannabis fait.

Incroyable! Et, outre les chiens, avez-vous traité d’autres animaux de compagnie avec du cannabis ?
Des chats et moi avons aussi des lapins. Il y a des patients atteints de cancer qui consomment du cannabis. J’ai également utilisé du CBD sur un chimpanzé en Espagne, pas directement, mais je l’ai prescrit.

Un chimpanzé dans un zoo ?
Oui, je ne me souviens plus exactement, c'était par l'intermédiaire de l'association qui s'en occupe. C'était il y a quelques années, j'avais de l'arthrite et ça s'est amélioré.

Sachant que les animaux ont aussi un système endocannabinoïde, comme nous, consommez-vous également du cannabis chez les chevaux, les vaches ? Pensez-vous que cela pourrait être bénéfique pour ce type d’animaux ?
Oui bien sûr. Ah c'est vrai ! Je l'utilise (je l'ai oublié) sur certains chevaux. Je l'ai effectivement utilisé, mais comme je l'utilise habituellement sur les chats et les chiens, je finis par oublier que j'ai eu d'autres patients.

Quelles sont les principales différences que vous constatez entre les médecines traditionnelles et le cannabis dans le traitement des animaux de compagnie ?
Bon, en ce qui concerne les propriétaires, je dirais que c'est un peu plus difficile, car ils sont encore très habitués à utiliser des antibiotiques et des anti-inflammatoires. S’il y a un symptôme de l’antibiotique, ils ne s’inquiètent pas, ils disent : « Oui, c’est parce que vous prenez des antibiotiques ». Mais la première fois que le chat vomit sous l’influence du cannabis, il dit immédiatement : « Oh mon Dieu ! Le chat a vomi, ça doit être à cause du cannabis. Il est donc très difficile de faire comprendre à ces personnes que ce qu’elles prenaient auparavant est beaucoup plus dangereux et qu’il peut causer plus de problèmes que le cannabis. C'est un peu problématique.

Les patients d'Elena ne sont pas que des chats et des chiens. Elena a déjà consommé du cannabis pour soigner des lapins, des moutons, des chevaux et même un chimpanzé dans un zoo.

Pensez-vous que les gens ont encore besoin d’éducation dans ce domaine ?
Oui, ils le font, parce que quand ils me rendent visite et que je leur parle, je leur explique, mais la première fois que quelque chose arrive – et cela pourrait être quelque chose d'assez idiot comme le chat qui vomit ou le chien qui a la diarrhée – ils pensent : « Oh mon Dieu!" Ils m’appellent et me disent : « Je ne vais plus donner ça à mon chat parce qu’il avait la diarrhée. » Et je réponds : « Non, si l’antibiotique provoque la diarrhée, tu vas arrêter ? Non!" Concernant la thérapie, je n'ai pas d'effets secondaires avec le cannabis, ils me rendent plus somnolent, mais c'est généralement le maximum. Quant aux antibiotiques et à la cortisone, nous savons à quoi servent ces substances et, à cet égard, le cannabis est sans aucun doute une meilleure thérapie.

Quelles sont les principales pathologies ou maladies que vous traitez habituellement avec le cannabis ?
Je traite généralement des affections orthopédiques telles que l'arthrite. Les patients atteints de cancer devraient être mis immédiatement au cannabis, non seulement parce que le cannabis offre une durée de vie plus longue, mais aussi parce que l'animal ressent une amélioration immédiate. Cela se produit parce qu’il agit évidemment sur le système endocannabinoïde. C'est pourquoi il doit être administré immédiatement. Il ne faut pas attendre que le patient ressente de la douleur ou qu'il soit dans ses derniers jours, c'est assez stupide. Le cannabis ne sert pas seulement à soulager la douleur, il vous aide à vous sentir mieux. Nous l’utilisons également pour les problèmes gastro-intestinaux et cela fonctionne plutôt bien pour toutes ces maladies inflammatoires de l’intestin. Ensuite, nous l'utilisons pour l'épilepsie et les problèmes de comportement. C’est l’une des grandes utilisations actuelles. Il semble que de nos jours, la vie de chacun soit un peu frénétique et les animaux le ressentent. Par conséquent, de nombreux animaux ont besoin de trouver un équilibre et c’est ce que le CBD et le CBG apportent : les aider à trouver cet équilibre et à réagir de manière plus équilibrée aux choses de leur vie. Ils ont une certaine vision, comme nous, et peut-être qu’ils paniquent, comme nous. Lorsque nous leur donnons du CBD et du CBG, ou simplement du CBD dans de nombreux cas, ils deviennent plus détendus et voient la journée d'une manière différente. Ils ne réagissent pas de la même manière qu’ils le feraient sans cela.

En plus du CBD et du CBG, quels autres cannabinoïdes utilisez-vous habituellement ?
Généralement, en cas de douleur orthopédique, on commence par le CBD et peut-être, dans certains cas, par le CBG. Maintenant, nous allons commencer à utiliser trois nouveaux produits, et l'un d'eux est uniquement destiné à traiter la douleur. Ce sera donc du CBD, du CBG, du CBDA et quelques terpènes, juste des terpènes. On est censé commencer par du CBD avec des terpènes et quand ça ne marche plus, avant de prescrire du cannabis, on l'utilise. C'est comme une étape intermédiaire.

Et le THC, en consomment-ils aussi ?
Oui, nous utilisons également du THC. Lorsque le CBD ne suffit pas, je passe au THC. De nombreux animaux utilisent du CBD pour leur arthrite depuis des années et le jour vient où cela ne suffit plus, alors je les passe au cannabis. Souvent, lorsque je prescris du cannabis, ce n'est pas seulement du cannabis, j'ajoute généralement quelques terpènes et du CBD pour avoir un plus grand effet anti-inflammatoire sur la douleur.

Comment ces animaux prennent-ils du cannabis, en huile, en gouttes ?
Oui, dans l'huile. [Les propriétaires] mettent les gouttes sur quelque chose et les donnent à l'animal.

Et comment cela se passe-t-il légalement en Italie, quelle est la réglementation ? Donnez-vous aux propriétaires une ordonnance de cannabis ? Et où le trouvent-ils ?
Oui, il existe des pharmacies qui fabriquent des huiles à partir de cannabis. La pharmacie reçoit la fleur directement des entreprises, comme Bedrocan, je rédige l'ordonnance avec le type de cannabis dont j'ai besoin et la quantité (par exemple Bedica, une des variétés que j'utilise – Bedica 2,5g et ainsi de suite), j'envoie à la pharmacie et ils préparent l'huile comme je l'ai indiqué. Je viens d'envoyer la recette en retrait. Ensuite, le propriétaire du chien se rend à la pharmacie et récupère l'huile.

Je pense qu'ils sont avancés en Italie, du moins par rapport au Portugal.
Nous sommes! Nous sommes l’un des pays les plus chanceux d’Europe, car nous avons la possibilité de prescrire du cannabis aux animaux sans aucun problème.

Concernant vos confrères, savez-vous combien de vétérinaires prescrivent déjà ? Est-ce que certains vous voient encore comme un peu « fou » ? [rire]
Oui c'est vrai. [rires] Beaucoup d'entre eux me considèrent comme assez fou, mais c'était pire il y a quelques années. Quand j'ai commencé, les gens disaient « le cannabis ne marche pas », « c'est une erreur » et ils disaient même que j'étais « une sorcière » ou quelque chose comme ça, des choses très étranges. Depuis, certains d’entre eux ont changé d’avis et nombreux sont ceux qui consomment désormais du CBD, d’autres qui consomment du cannabis. Le gros problème est que certaines personnes consomment du CBD, mais ne savent pas vraiment comment l’utiliser. C'est comme : « Je leur donne ça et le pire qui puisse arriver, c'est que ça ne marche pas ». Mais ce n'est pas comme ça qu'on fait, il faut prendre en considération le patient. On commence avec une faible dose et, selon la réaction de l'animal et compte tenu de sa pathologie, on le dose différemment. Mais ils ne font pas ça, c'est comme s'ils avaient toujours cette mentalité avec les antibiotiques du « prenez-en un toutes les 12 heures » et ce n'est pas comme ça que ça marche, ce n'est pas la même chose pour tous les animaux. Ils peuvent avoir le même âge et avoir le même problème, mais réagir différemment. C'est une des choses que j'ai beaucoup remarquées. Et puis, bien sûr, il y a tous ceux qui disent : « Oh non, le cannabis ne marche pas ». Nous avons toujours cela. Ou alors ils disent qu’il n’y a pas d’études et bien sûr il y en a ! C'est donc un problème, mais je vois que les gens commencent à s'informer et à chercher Internet si effectivement il y a des études et alors ils prennent leur décision.

Avez-vous déjà vécu une situation où les gens étaient complètement étonnés du résultat ?
Oui, il y en a qui ne s’y attendaient pas et qui étaient très contents. J'ai des patients atteints d'un cancer dont on s'attendait à ce qu'ils meurent il y a deux ans et qui sont toujours en vie. De nombreuses personnes sont reconnaissantes que le cannabis existe.

Et comment voyez-vous l’avenir des animaux de compagnie avec du cannabis ? Y a-t-il encore quelque chose à améliorer ?Oui, cela peut être amélioré. L'une des choses est un produit qui sortira ce mois-ci, car il sera [inaudible] une étape entre le CBD à spectre complet et le cannabis. Nous pourrons ainsi avoir une approche pour les patients qui ont besoin de quelque chose de plus, mais qui ne sont pas encore prêts pour le THC. Ce sera pour des douleurs, des épilepsies et des problèmes de comportement. De cette manière, nous pouvons aborder trois pathologies différentes qui regroupent de nombreux animaux. Je pense que l’avenir est meilleur car, j’espère, de plus en plus de vétérinaires se rendront compte que cela fonctionne. Au début, c'était peut-être juste les propriétaires qui venaient voir les vétérinaires et disaient : « Vous voyez, j'ai trouvé ça au Internet et cela peut être utile. Et c'était très bien. Maintenant, il y a des vétérinaires qui voient des patients et disent qu'il n'y a pas grand-chose à faire, mais deux mois plus tard, ils reviennent, se sentant bien, parce qu'ils consomment du cannabis. Et puis ils pensent : « Eh bien, je devrais peut-être commencer à penser à l’utiliser. » Et c'est très bien.

_________________________________________________________________
Cette interview a été initialement publiée dans le numéro 9 de Magazine Cannadouro.

[Avertissement : veuillez noter que ce texte a été initialement rédigé en portugais et est traduit en anglais et dans d'autres langues à l'aide d'un traducteur automatique. Certains mots peuvent différer de l'original et des fautes de frappe ou des erreurs peuvent apparaître dans d'autres langues.]

 

________________________________________________________________________________________

 

Si vous aimez CannaReporter, pensez à soutenir le journalisme indépendant
faire un donation sur notre compte Patreon.
À partir de 3€/mois seulement !

 

____________________________________________________________________________________________________

[Avertissement : veuillez noter que ce texte a été initialement rédigé en portugais et est traduit en anglais et dans d'autres langues à l'aide d'un traducteur automatique. Certains mots peuvent différer de l'original et des fautes de frappe ou des erreurs peuvent survenir dans d'autres langues.]

____________________________________________________________________________________________________

Que faire avec 3€ par mois ? Devenez l'un de nos mécènes ! Si vous pensez qu'un journalisme indépendant sur le cannabis est nécessaire, abonnez-vous à l'un des niveaux de notre compte Patreon et vous aurez accès à des cadeaux uniques et du contenu exclusif. Si nous sommes nombreux, nous pouvons faire la différence avec peu !

+ de publications
Cliquez ici pour commenter
S'inscrire
Notifier de

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Publicité


Voir le documentaire "Patients"

Documentaire Patients Laura Ramos aidez-nous à grandir

Mais RECENTES

ÉvénementsIl y a heures 1

CannaTrade revient à Zurich du 24 au 26 mai

CannaTrade – La Foire et festival international du chanvre de Zurich arrive à maturité en 2024, célébrant son 18e...

communiqués de pressejours il y a 2

Le Groupe SOMAÍ et sa filiale RPK Biopharma étendent leur partenariat avec Cookies à l'Europe et au Royaume-Uni

LISBONNE, PORTUGAL, 16 mai 2024 /EINPresswire.com/ — Le groupe SOMAÍ (« SOMAÍ ») et sa filiale RPK Biopharma ont étendu...

Nationaljours il y a 5

Portugal : la consommation estimée de CBD augmente malgré l’interdiction

Le rapport « Cannabis in Portugal », réalisé par Euromonitor International, a publié les données les plus récentes sur l'industrie du cannabis,...

Nationaljours il y a 6

"Cannabis. Maldita e Maravilhosa », de Margarita Cardoso de Meneses, en librairie le 16 mai

Margarita Cardoso de Meneses, contributrice de CannaReporter®, vient de publier le livre « Canábis. Maldita e Maravilhosa», publié par Oficina do...

communiqués de presseIl y a une semaine 1

Montemor-o-Velho : arrêté pour culture de cannabis

Le Commandement Territorial de Coimbra, à travers l'Unité de Recherche Criminelle (NIC) du Détachement Territorial de Montemor-o-Velho, aujourd'hui, le 9...

ÉvénementsIl y a une semaine 1

PTMC – Portugal Medical Cannabis rassemble l’industrie du cannabis médical le 22 mai à Lisbonne

PTMC – Portugal Medical Cannabis réunira les professionnels de l'industrie du cannabis médical le 22...

sociétésIl y a une semaine 1

USA : MedMen déclare faillite avec 400 millions de dollars de dettes

Le géant américain du cannabis MedMen s'est effondré sous le poids de sa dette, annonçant la semaine dernière que...

Actualitésil y a des semaines 2

Une étude révèle que la légalisation du cannabis n'augmente pas la consommation d'autres substances

L'un des arguments les plus utilisés contre la légalisation du cannabis à usage adulte ou récréatif a été l'idée de...

Chanvreil y a des semaines 2

Lettonie : l'école de chanvre d'Obelisk Farm est finaliste pour l'EFT Green Skills Award 2024

Obelisk Farm continue d'être reconnue dans le monde entier pour son approche unique de l'exploitation du chanvre industriel. Le projet familial, qui...

Événementsil y a des semaines 2

États-Unis : le CannMed 24 Innovation & Investment Summit revient à Marco Island, en Floride, du 12 au 15 mai

Il s'agit de l'une des conférences scientifiques les plus importantes sur l'industrie du cannabis médical et revient à Marco Island, en Floride,...