Suivez nous sur

interviews

Miguel Guimarães : « Tout produit pharmaceutique lié au cannabis doit être vendu en pharmacie »

Le président de l'Ordem dos Médicos (OM), Miguel Guimarães, a déclaré dans une interview à Cannapress que tous les dérivés du cannabis doivent être mis à disposition dans les pharmacies communautaires, y compris les huiles et les fleurs déshydratées. Diplômé en médecine de l'Université de Porto en 1987, Miguel Guimarães a 55 ans, a été président du Conseil régional nord de l'OM, ​​[…]

Publié

em

Le président de l'Ordem dos Médicos (OM), Miguel Guimarães, a déclaré dans une interview à Cannapress que tous les dérivés du cannabis doivent être mis à disposition dans les pharmacies communautaires, y compris les huiles et les fleurs déshydratées.

Diplômé en médecine de l'Université de Porto en 1987, Miguel Guimarães a 55 ans, a été président du Conseil régional nord de l'OM, ​​urologue à l'hôpital de São João et a remporté les élections à la présidence de l'OM pour le triennat de 2017 à 2019 , avec plus de 70 % des voix.

Miguel Guimarães s'est adressé à Cannapress à la fin du débat sur le cannabis médicinal que l'OM lui-même a organisé, le 18 avril, et a accepté l'invitation de Cannativa — Associação de Estudos sobre Cannabis, à assister à la 1ère conférence portugaise sur le cannabis médicinal, qui aura lieu les 9 et 10 novembre à Lisbonne et qui prévoit la formation de médecins et de professionnels de la santé.

L'OM a discuté aujourd'hui du cannabis à des fins médicales. Quel est l'objectif principal de cette initiative ?
Tout d'abord, je voudrais vous remercier pour votre présence dans ce débat qui a eu lieu ici à l'Ordem dos Médicos, car c'était un débat important, dans lequel plusieurs choses essentielles ont été dites. Je pense que ce débat a soulevé pratiquement toutes les questions qui peuvent être importantes dans le domaine du cannabis, de son utilisation thérapeutique et ses avantages aux effets secondaires potentiels. Aussi le fait que le Portugal – et c'est une vision que je trouve intéressante – a un climat idéal pour la culture du cannabis. Cela se produit déjà avec des entreprises étrangères, mais si cela se produisait avec des entreprises portugaises, ce serait certainement mieux pour le pays. Mais nous pouvons en quelque sorte prendre l'initiative et mener des recherches sur la voie des cannabinoïdes, car la voie des cannabinoïdes a un grand potentiel. Nous avons tous le sentiment qu'il existe, même à cause des expériences privées que chacun a eues dans certains types de maladies, et donc il y a une immensité de potentialités liées à notre pays dont nous pouvons profiter. Cela a été bien souligné par certaines personnes présentes dans le public et je pense donc que le débat s'est avéré très utile.

Miguel Guimarães, président de l'Ordem dos Médicos, dans une interview avec Cannapress. PHOTO : Miguel Schmitt // Cannapress

Sachant que le Dr. Miguel Guimarães ne veut pas trop s'attarder sur les questions liées au cannabis médical, puisqu'il renvoie l'affaire aux collèges spécialisés, quelle est la position de l'Ordre des médecins à ce sujet ?
Concernant la position de l'OM, ​​à l'heure actuelle, celle prise par le Conseil National de la Politique du Médicament (CNPM) et par la compétence en pharmacologie clinique, qui a évidemment été agréée par le Conseil National de l'Ordre des Médecins (CNOM), sur laquelle je présider. C'est une position qui est équilibrée pour le moment, favorisant l'utilisation de médicaments dérivés du cannabis dans des situations où il existe déjà des preuves scientifiques, qui sont nombreuses, pas si peu. Et curieusement, dans ce même document, nous avons déjà attiré l'attention sur le fait qu'il était important, même parce que nous avons les conditions pour le faire, de faire des recherches dans ce domaine. Et nous avons de bons chercheurs au Portugal, nous avons de bonnes entreprises, en termes de laboratoires pharmaceutiques nous en avons, nous avons Bial, qui est déjà un grand laboratoire et a déjà produit deux médicaments, mais nous en avons d'autres. Et l'État portugais lui-même peut utiliser les chercheurs qui existent dans les hôpitaux, dans les centres de santé, dans les instituts, pour commencer à promouvoir la recherche dans ce domaine, car je pense que cela a un avenir et c'est aussi une voie pour le pays en termes de nouveaux médicaments développement. Et en développant de nouveaux médicaments, voire de nouvelles formes thérapeutiques, même si ce ne sont pas des pilules, cela peut avoir un impact positif sur l'économie elle-même, pas dans l'immédiat, mais à moyen terme, et cela a d'ailleurs été souligné par certains présente ici.

L'OM a déjà dit qu'il est contre la forme fumée, mais ayant aussi vu ici qu'il existe d'autres possibilités, comme la forme vaporisée, êtes-vous uniquement d'accord avec l'usage du cannabis comme médicament ?
Il existe plusieurs formes de médicaments qui peuvent être utilisées, pas seulement la pilule. Il existe des huiles et des alternatives qui sont tout aussi efficaces. La question de la plante fumée elle-même, de la plante d'origine, est toujours une question plus complexe dans ce cas d'indication thérapeutique. Par exemple, ce que M. Le député du PSD a parlé d'une question complètement différente de celle dont nous discutions ici aujourd'hui, ce qui ne veut pas dire qu'il ne faut pas en discuter également, et c'est une question que les députés doivent prendre au sérieux, la question de la traite qui se fait souvent dans ce type de plantes, qui est connu dans le monde entier, et quels peuvent être les avantages et les inconvénients d'une légalisation ou d'une dépénalisation. Concrètement, pour le moment nous ne sommes pas en mesure d'avoir un avis favorable sur le cannabis fumé, car le cannabis fumé n'a pas de contrôle sur les composés de la plante, ce que la plante elle-même possède et produit en fumant. C'est-à-dire qu'il n'est pas possible de contrôler les principes actifs qui peuvent avoir un effet thérapeutique positif et ceux qui ont des effets secondaires.

Mais admettent-ils la possibilité de vendre des fleurs déshydratées à vaporiser en pharmacie, comme c'est déjà le cas dans d'autres pays ?
Je pense que tout produit pharmaceutique lié au cannabis devrait être vendu en pharmacie.

[perfectpullquote align= »right » bordertop= »false » cite= » » link= » » color= » » class= » » size= » »] » Il y a un médicament [Sativex] qui n'est même pas disponible en pharmacie et tout cela limite l'utilisation de cette alternative."[/perfectpullquote]

Un produit, même les fleurs elles-mêmes ?
Oui. Tout produit qui est indiqué pour un traitement efficace doit être disponible en pharmacie, comme pour tous les produits à base de plantes, les médicaments que l'on connaît, les sirops, bref, toutes ces formes thérapeutiques. Et donc, il réglemente la vente. Un autre problème, qui a également été discuté ici aujourd'hui, est que, bien que nous ayons un médicament dérivé des cannabinoïdes [Sativex], la vérité est qu'il n'est pas immédiatement disponible, c'est-à-dire que les médecins le prescrivent peu et comme ils prescrivent de petits laboratoires, ne t l'avoir à disposition et puis c'est le poisson avec la queue dans la bouche : si les gens utilisent peu un certain type de médicament, les laboratoires n'ont aucun intérêt à les avoir ici en permanence, car ils vont se gâter. Et puis il y a ces demandes spéciales via Infarmed et cela retarde beaucoup ces situations.

Cannapress a suivi des situations très critiques de patients ayant des difficultés d'accès au CBD (cannabidiol), qui ne peut être acheté qu'en Espagne ou qui est bloqué à la douane lorsqu'il est commandé, par exemple, aux États-Unis…
C'est une bonne question à poser à Infarmed. Voyez pourquoi : nous savons déjà qu'il existe plusieurs médicaments avec des dérivés à base de cannabis qui sont commercialisés en Europe, ont été autorisés par l'Agence européenne des médicaments, et qui sont importants dans certains types de pathologies. Je pense que la façon dont ces médicaments peuvent être acquis devrait être plus efficace, plus rapide. Il est vrai que si une personne demande le médicament, et s'il est disponible en Europe, Infarmed peut avoir le médicament. Maintenant, je ne sais pas combien de temps cela prend et le temps peut être excessif. Peut-être faut-il trouver un mécanisme plus rapide pour certains types de médicaments qui ne sont en fait pas disponibles au Portugal. En effet, les laboratoires pharmaceutiques ne souhaitent pas que ces médicaments soient disponibles au Portugal, en raison du volume d'activité de notre pays, car il s'agit toujours d'un pays plus petit. Cela se produit dans un certain nombre de domaines, pas seulement avec les cannabinoïdes.

Miguel Guimarães, président de l'Ordem dos Médicos, dans une interview avec Cannapress. PHOTO : Miguel Schmitt // Cannapress

Mais ce n'est pas le seul problème. Un autre problème pressant est, par exemple, le manque de suivi médical pour les patients qui consomment ou veulent consommer du cannabis à des fins médicales…
C'est pourquoi ces débats sont importants. Et je pense que l'information et le fait qu'à ce moment le débat public a commencé - ce qui n'était pas aujourd'hui, c'était une goutte d'eau au milieu de l'océan - le fait que les gens réfléchissent à la question et aient des documents, prennent position , donc nous commençons par avoir une position, nous pouvons ou non la changer plus tard, tout comme l'Ordem dos Farmacêuticos. Cette évolution et ce débat, en approfondissant ce qu'est la recherche dans ce domaine, je pense que c'est très important. C'est pourquoi je pense que les contributions qui ont été faites aujourd'hui ont toutes été positives, que ce soit par des personnes qui s'intéressent davantage à la question du raisonnement clinique, de la recherche, etc., ou par des personnes qui s'appuient davantage sur leur expérience personnelle. Parce que c'est toujours la preuve scientifique, de masse, la preuve qui peut être tirée des bases de données mondiales de ce que sont les travaux qui sont ou ne sont pas publiés, et quelle est la preuve individuelle. Même parce que de nombreux médecins ont leur propre expérience. Les médecins au Portugal utilisent rarement les dérivés cannabinoïdes et probablement aussi par ignorance, parce qu'ils pensent ne pas en avoir ou parce qu'ils n'en entendent généralement pas parler, et donc ils ne sont pas particulièrement adaptés à ce domaine. En fait, les médicaments ne sont pas beaucoup promus non plus. Il existe un médicament [Sativex] qui n'est même pas disponible en pharmacie, donc tout cela limite également l'utilisation de cette alternative.

Et comment cette impasse est-elle résolue ?
Donc, comme nous le faisons. Débattre, parler, c'est pour que les choses commencent à prendre une autre dimension. Et je pense que c'est un domaine important dont on devrait parler davantage, et nous allons y revenir.

Cannativa travaille en effet dans ce sens, dans l'organisation d'une Conférence avec des Ateliers pour les médecins et les professionnels de la santé. Nous avons invité Ethan Russo, un neurologue et pharmacologue qui a développé, par exemple, Sativex pour GW Pharmaceuticals, et il a déjà confirmé sa présence les 9 et 10 novembre.
Très bien. Les gens seront là.

Miguel Guimarães en conversation avec des collègues dans le jardin de l'Ordem dos Médicos, à Lisbonne. Photo : Miguel Schmitt // Cannapress

Nous aimerions beaucoup vous inviter, dès maintenant, à être présents à cette Conférence.
Je serai ravi d'être présent.

Pensez-vous que l'OM pourrait aussi aider à la diffusion de cette Conférence par les médecins ?
Oui, nous pouvons vous aider, bien sûr que nous le pouvons. Écoutez, aujourd'hui, nous avons tenu à ce que plusieurs personnes soient présentes ici, à savoir des personnes ayant une expérience personnelle. Ma collègue d'Espinho, Ana Rita, qui est stagiaire en médecine générale et familiale, est venue aujourd'hui pour donner son témoignage en tant que médecin et patiente, elle a dû parcourir 600 km, mais nous avons essayé d'avoir autant de points de vue différents que possible, des Ordres, des Institutions, des médecins, des pharmaciens, Infarmed, qui a ici une grande responsabilité en ce qui concerne le circuit des médicaments et qui joue un rôle important dans la recherche effectuée au Portugal. Et puis avoir l'expérience des gens. Des médecins, au niveau personnel, et des patients. Il y avait des patients là-bas et au moins deux étaient des médecins, mais il y avait des gens qui regardaient et je pense que le débat s'est avéré positif. Mais le cannabis est une question qui doit être discutée et je pense que c'est un bon début.
______________________________________________________________________
Photo en vedette : Miguel Schmitt // Cannapress

 

____________________________________________________________________________________________________

[Avertissement : veuillez noter que ce texte a été initialement rédigé en portugais et est traduit en anglais et dans d'autres langues à l'aide d'un traducteur automatique. Certains mots peuvent différer de l'original et des fautes de frappe ou des erreurs peuvent survenir dans d'autres langues.]

____________________________________________________________________________________________________

Que faire avec 3€ par mois ? Devenez l'un de nos mécènes ! Si vous pensez qu'un journalisme indépendant sur le cannabis est nécessaire, abonnez-vous à l'un des niveaux de notre compte Patreon et vous aurez accès à des cadeaux uniques et du contenu exclusif. Si nous sommes nombreux, nous pouvons faire la différence avec peu !

Cliquez ici pour commenter
S'abonner
Notifier de

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
Publicité


Voir le documentaire "Patients"

Documentaire Patients Laura Ramos aidez-nous à grandir

Mais RECENTES

Événementsjours il y a 3

ICBC Berlin brille à nouveau. C'est le début d'une nouvelle ère pour l'industrie du cannabis en Allemagne

ICBC Berlin a été la première grande conférence internationale sur le cannabis à avoir lieu après la légalisation de la consommation par les adultes en...

internationalejours il y a 4

USA : Rappel de produits Mike Tyson pour contamination par des moisissures

Les autorités californiennes ont émis un avis de rappel obligatoire pour deux produits de la marque de cannabis de Mike Tyson,...

Événementsjours il y a 5

4h20 approche et il y a des célébrations à Porto et à Lisbonne

La date de célébration de la culture du cannabis approche ! Ce samedi 20 avril, c'est le jour où...

internationaleIl y a une semaine 1

Paul Bergholts, chef présumé de Juicy Fields, arrêté en République dominicaine

Paul Bergholts, le chef présumé du système pyramidal Juicy Fields, a été arrêté en République dominicaine et sera soumis à...

Santéil y a des semaines 2

Les cannabinoïdes révèlent des résultats prometteurs dans le traitement du trouble de la personnalité limite

Une enquête menée par Khiron LifeSciences et coordonnée par Guillermo Moreno Sanz suggère que les médicaments à base de...

internationaleil y a des semaines 2

Affaire Juicy Fields : 9 détenus par Europol et Eurojustice. L'arnaque dépasse les 645 millions d'euros

Une enquête conjointe menée par plusieurs autorités européennes, soutenues par Europol et Eurojust, a abouti à l'arrestation de neuf suspects...

internationaleil y a des semaines 2

Les consommateurs réguliers de cannabis peuvent avoir besoin de plus d'anesthésie pendant les procédures médicales

Les consommateurs réguliers de cannabis peuvent avoir besoin de plus d'anesthésie pendant les procédures médicales pour rester sous sédation que...

internationaleil y a des semaines 2

L’avenir du CBD au Japon : comment les réformes juridiques façonneront le marché

À la fin de l'année dernière, le Japon a fait un grand pas vers la réforme du cannabis après avoir approuvé...

Nationalil y a des semaines 2

Portugal : GreenBe Pharma obtient la certification EuGMP dans les installations d'Elvas

GreenBe Pharma, une société de cannabis médical située à Elvas, au Portugal, a obtenu la certification EU-GMP sous...

Nationalil y a des semaines 3

Álvaro Covões, de Everything is New, achète les installations de Clever Leaves dans l'Alentejo pour 1.4 million d'euros

Álvaro Covões, fondateur et PDG de l'agence de promotion de spectacles « Everything is New », qui organise l'un des plus grands festivals du monde...